ecluse noyales

LE CANAL DE LA SAMBRE A L'OISE


Long de 71,056 kilomètres, il comporte 38 écluses, 3 sur le versant Sambre et 35 sur le versant Oise.

Il relie les communes de Landrecies(Nord) et de Tergnier (Aisne). Jusqu'à Oisy le canal suit de près le cours de la Sambre. Le bief de partage est alimenté par un réservoir situé à Boué sur l'ancienne Sambre. Le canal retrouve la vallée de l'Oise à Vadencourt, 19 écluses plus bas et poursuit son cours en longeant la rivière pour rejoindre à Fargniers, le canal latéral à l'Oise et le canal de Saint-Quentin.


Historique


Dès 1684, la Sambre était en communication avec l'Oise. En effet, pour faire flotter les bois de la forêt de Nouvion vers Paris par l'Oise, on avait établi une digue vers le moulin de Boué, non loin d'Oisy, qui détourna la Sambre vers l'Oise. La moindre abondance de bois et le manque d'eau conduisirent rapidement à l'abandon de ce système au début du XVIIIe siecle.

La construction du canal de la Sambre à l'Oise fut décidée au début du xixe siècle dans le but d'alimenter Paris en charbon belge extrait dans le bassin minier de Charleroi , la production des mines du Valenciennois ne suffisant plus.

Le canal de jonction de la Sambre à l'Oise a pris réellement naissance le 30 avril1833 grâce à la loi nmr 101 article 232 promulguée par le roi Louis-Philippe Ier.

Dans celle-ci, la concession du canal de jonction de la Sambre à l'Oise a été autorisée. La loi est parue le 10 mai 1833. Les premiers Administrateurs de la Société étaient MM. le baron James de Rothschild, président, le comte Ferdinand de Meeûs, en sa qualité de gouverneur de la Société Générale de Belgique,

Les travaux débutèrent en 1834 et le canal fut ouvert en 18392. Anne Pierre Nicolas de Lapisse travailla comme ingénieur en chef au canal.

Emprunté par de nombreuses péniches, type Freycinet, des 1880, il servait principalement au transport de céréales, matériaux et ciments. En 1890, avec ses nombreux ports, il desservait la plupart des industries de la region. Ainsi en 1892, l’essentiel des arrivages en matières premières pour l'usine Godin de Guise se faisait par bateau, sur le canal de la Sambre à l’Oise. Le débarquement ne se faisait plus cependant au port de Longchamps mais à celui de Noyales, à quelques kilomètres au sud, car ce petit port fluvial disposait également d’une gare.

Il a ensuite souffert de l’avènement des canaux à grand gabarit et de la concurrence de la route. Mais il sut rebondir et, très vite, il devint un atout touristique incontournable.

Dans les années 90, le tourisme fluvial s’y développa. De nombreux touristes belges et néerlandais naviguaient sur ce canal et les communes riveraines profitaient de cette aubaine. Mais depuis mars 2006, la navigation est interrompue du point kilométrique 30 au point kilométrique 37,5 à la suite de la fermeture du pont-canal de Vadencourt et du pont canal de macquigny en raison du mauvais état de ces ouvrages.

Le secrétaire d’Etat Alain Vidalies, en visite à Jeumont, sur les bords de Sambre, le 6 novembre 2015, a confirmé le soutien de l’état.

Le canal de la Sambre à l’Oise sera ré ouvert à la plaisance en 2020

photo canal ecluse

Numériser0001 [800x700]

Sur la photo l'on peut apercevoir gauche à droite, l 'ancienne voie ferrée, la route de Macquigny, le bras de l'Oise qui alimentait le moulin de Macquigny et le canal de la Sambre à l'Oise.